Du vent dans les branches de sassafras, 1965

de René de Obaldia.
Mise en scène René Dupuy. Théâtre Gramont (Paris).
Scénographie Manfred Hürrig.

Interprétation : Michel Simon (John-Emery Rockefeller 70 ans, dur à cuire), Françoise Seigner (Caroline Rockefeller, sa femme, forte, cinquantaine d’années), Caroline Cellier (Pamela, co-production de John-Emery et de Caroline, beauté provocante, sauvage, 17 ans)
Bernard Murat (Tom Le fils, Le frère, pâle voyou), Jacques Hilling (William Butler, ivrogne et toubib), Michel Roux (Carlos, 40 ans, superbe, sorti spécialement d’un film de John Ford), Rita Renoir (Miriam, dite « Petite-Coup-Sûr », putain au grand coeur), Francis Lemaire (OEil-de-Perdrix, Chef des Apaches, traître aux siens du côté des Visages Pâles, gentil et OEil-de-Lynx, Chef des Comanches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.